Conçue par la NASA depuis plus de cinq décennies maintenant, la couverture de survie est une solution de couleur argentée ou dorée, utilisée entre autres pour maintenir au chaud les personnes impliquées dans un accident. Elle a pour rôle de préserver la température corporelle autour de la valeur normale (37°), malgré sa fine épaisseur, souvent inférieure à 1mm. Comment fonctionne-t-elle ? Qu’est-ce qui en fait l’efficacité ? Tour d’horizon !

Composition et rôle de la couverture de survie

Développée par la NASA en 1964, la couverture dite de survie est souvent composée d’un mince film de polyéthylène téréphtalate. Connu pour sa capacité à lutter efficacement contre l’hypothermie, ce polymère qui compose essentiellement la couverture de survie permet de maintenir le corps à une température supérieure à 32°, valeur en dessous de laquelle le risque de mortalité est élevé. Afin de jouer ce rôle, la couverture n’émet en réalité aucune chaleur propre.

En effet, cette couverture qui peut être réutilisable ou jetable selon les fabricants, a deux faces : une en argent mat et dorée, et une autre en argent brillant. Sa partie argentée a la capacité de réfléchir les rayons infrarouges du soleil, alors que sa partie dorée absorbe une partie de ces mêmes rayons pour les transformer en chaleur. C’est ainsi que la couverture de survie, retient la chaleur du corps en réfléchissant vers celui-ci 90% du rayonnement infrarouge qu’il produit.

Une fois retenue, cette chaleur ne peut donc se dissiper vers l’extérieur. Il est à noter par ailleurs que ce type de couverture permet également une protection contre le froid extérieur, la pluie et la chaleur ambiante. De même est-elle disponible en plusieurs tailles, épaisseurs et coloris. Elle est aussi utile pour affronter toutes sortes de conditions en randonnée (plus de détails à ce sujet sur Gataka).

Procédé de réflexion de la chaleur

La capacité de réflexion et d’isolation qui caractérise la couverture de survie est essentiellement liée au fait que le film plastique en polyéthylène qui le compose est métallisé. Mise au point pour les engins spatiaux de la NASA, la métallisation consiste en l’évaporation sous vide de l’aluminium. C’est ce qui explique d’ailleurs la couleur brillante et argentée qui permet de distinguer ce type de couverture. À noter qu’un vernis doré peut aussi être déposé sur certaines faces, et ceci n’a que peu d’importance.

Une solution polyvalente

L’usage de cette couverture isothermique permettant le maintien de la température corporelle à une valeur normale, s’est au fil du temps étendu à l’armée, aux hôpitaux, avant ou après une opération, et lors des soins de secours aux personnes. Mieux, le principe de fonctionnement de la  couverture de survie a même été transposé et appliqué sur certains sacs de couchage et vêtements techniques. Initialement conçue pour l’espace, elle est devenue rapidement utile dans bien de domaines.

Il faut par ailleurs préciser que cette couverture ne doit pas être utilisée à l’extérieur en cas d’orage, ou près de matières incandescentes, parce qu’elle est facilement inflammable. Elle ne doit pas non plus recouvrir la tête de l’utilisateur, au risque de l’étouffer. Désireux d’en savoir plus sur cette solution de survie ? Visitez alors ce site.