En tous, il existe six normes pour les gants de protection. Ils sont classés selon des catégories bien déterminés. Leur choix se fait en fonction du milieu dans lequel ils sont utilisés et selon la situation auquel ils sont exposés. Ainsi, on peut trouver des gants de protection anti chaleur et des gants destinés à la protection chimique.

Interprétations des normes

Les chiffres qui composent les normes ont tous une signification bien précise. Avant tous, il est important de déterminer que ces gants ont subi des tests et c’est à partir des résultats que les normes ont été imposées. Les normes des gants de protection disposent en général de trois chiffres après la mention EN. Le premier chiffre exprime le niveau de performance de l’accessoire. Il est compris entre 0 et 4. Si la norme indique 0, cela signifie que le gant n’a pas été testé. Pour les gants qui présentent un niveau de performance X, le test réalisé n’est pas adapté au gant testé. En ce qui concerne les chiffres supérieurs à 4, ils constituent le niveau de performance le plus élevé du gant.

Autres marquages

Mis à part les normes, il existe également d’autres informations qui doivent être inscrites sur les gants. Notamment la taille du gant et la désignation. Aussi, le nom du fabricant du gant, la marque et les pictogrammes qui conviennent. Évidemment, la norme doit également être inscrite sur le gant. C’est-à-dire la référence à la norme EN ainsi que les niveaux de performances correspondant.

Ces inscriptions doivent être inscrites sur les gants de manière à demeurer lisibles longtemps. Ces inscriptions peuvent être placées directement sur le gant ou sur un conditionnement collé à celui-ci.

Exemples de normes

Les gants de protection disposent de plusieurs normes selon leur milieu d’utilisation et les dangers auxquels le travailleur est exposé. On a entre autres, la norme EN 388 qui constitue la norme des gants utilisés pour protéger des dangers mécaniques. Ce dernier inclut l’abrasion, la coupure, la déchirure et la perforation. Cette norme est accompagnée d’autres informations comme ceux qui représentent les différents risques mécaniques. À savoir : À pour abrasion, B pour coupure, C pour déchirure et D pour perforation. La norme EN 388 a été revisitée en 2016 en y ajoutant d’autres exigences dont le teste de coupure TDM. Cette norme démontre que les normes des gants évoluent afin d’optimiser la protection du travailleur.